La physiologie du sommeil des nourrissons (0-2 mois)

Les trois premiers mois de vie sont appelés par certains le 4ème trimestre. C’est un temps de transition, pour le bébé comme pour ses parents ; un temps pour se découvrir et pour s’adapter à beaucoup de changements. Bébé a généralement conservé des réflexes archaïques et ne se sent pas très à l’aise s’il est loin de ses parents, ce qui est bien normal : il dépend d’eux (et en cas d’allaitement, surtout de sa maman) pour sa survie. Mais du point de vue du sommeil, qu’en est-il ?

Cycles et phases de sommeil :

La première chose à savoir, c’est que le sommeil commence dès la vie in utero et qu’au même titre que la respiration (qu’il pratique dans le ventre de sa maman) ou que la déglutition, le bébé vient au monde en sachant dormir. C’est une nécessité biologique comme de manger ou d’être en contact étroit avec ses parents. Jusqu’à deux mois, les cycles de sommeil de bébé durent à peu près 30 minutes et ne sont composés que de deux phases (contre les 5 phases du sommeil adulte). On parle de sommeil agité et de sommeil calme.

Entre les cycles de sommeil, le nourrisson (comme les adultes) rencontre des micro-réveils : il se tortille, grogne, pleure même parfois, ce qui pousse ses parents à intervenir en le croyant réveillé alors même qu’il dort ! Voici donc le premier conseil pour donner de bonnes habitudes de sommeil à votre nouveau-né : lorsque vous l’entendez se réveiller, attendez une minute avant d’intervenir et tendez l’oreille ; vous lui permettez ainsi de renforcer sa capacité à enchaîner les cycles et vous protégez de bien des tracas futurs ! Bien évidemment, si les pleurs s’intensifient ou que vous avez la certitude que bébé est éveillé, vous pouvez intervenir immédiatement.

Le rythme et les besoins de sommeil

À la naissance, l’horloge biologique de votre enfant n’est pas encore au point, et il doit apprendre à différencier le jour et la nuit. C’est pourquoi on dit souvent que « les siestes doivent se faire à la lumière » : c’est vrai pour un nourrisson, mais surtout pas pour un enfant plus grand ! En outre, jusqu’à 4 mois, il est très rare que bébé trouve un rythme régulier : la durée des siestes est toujours aléatoire, bébé a encore besoin d’être sécurisé et de manger la nuit. Bien sûr, chacun d’entre nous a un contre-exemple en tête. Mais l’immense majorité des enfants ne pourront prendre un rythme qu’à partir de 4 ou 5 mois. L’objectif principal, durant ce quatrième trimestre, est avant toute chose de reproduire les conditions intra-utérines afin de donner au bébé suffisamment de confiance en lui et en son environnement pour se laisser aller facilement au sommeil. Les périodes d’éveil sont encore très courtes : 1h, 1h30 pour les plus endurants, mais pas plus ! Il faut à tout prix éviter la dette de sommeil et leur permettre de dormir le plus possible, sans craindre de former de mauvaises habitudes. Au contraire, c’est en forçant un sommeil autonome trop tôt que l’on vient créer chez certains enfants une angoisse vis-à-vis du sommeil. Mon outil préféré pendant ces 2 premiers mois : l’écharpe de portage ! Parfait pour opérer la transition entre la vie intra utérine et le monde extérieur, elle permet à bébé de dormir contenu contre ses parents, en position physiologique. Ainsi sécurisé, il enchaîne les cycles plus facilement. Et faut-il rappeler que le portage soutient la formation de l’attachement, la mise en place de l’allaitement, le développement psychomoteur de l’enfant… Si vous pouvez, foncez !

Sécurité, environnement de sommeil et repas nocturnes.

Une angoisse terrible pour les jeunes parents est celle causée par le syndrome de mort subite du nourrisson (MSN). Afin de le prévenir, certaines recommandations et règles de sécurité sont incontournables : un nouveau-né ne doit être si trop, ni trop peu couvert, couché sur une surface ferme dans un lit (cododo ou non) monté aux normes de sécurité, sans aucun objet, couverture ou tour de lit. Dans l’idéal et surtout dans le cas de l’allaitement, les nouveau-nés dorment dans la chambre de leur parents (voir pour les adeptes du cododo, dans leur lit, mais veillez encore une fois à vous renseigner sur les normes de sécurité !). Il n’y a pas de meilleure façon de faire qu’une autre ; il n’y a que des besoins, et un nourrisson a besoin de ses parents la nuit : pour sa survie, il doit manger et se réveiller souvent, et avoir par définition un sommeil léger qui le protège de l’étouffement. Évitez absolument de fumer dans la pièce où votre bébé dort. Couchez-le sur le dos, de préférence, et si cette position est inconfortable pour bébé, vous pouvez explorer le marché à la recherche d’outils (matelas physiologiques, boudins à placer sous les genoux, etc). Certaines études démontrent que la tétine peut avoir un effet bénéfique dans la prévention du syndrome de MSN, et l’allaitement est la meilleure protection.

Pour conclure, il faut mettre l’accent sur le fait que durant les premiers mois de vie, l’heure n’est pas à l’éducation mais aux câlins et à la création du lien affectif sans lequel bébé ne sera pas assez serein pour apprendre à gérer son sommeil seul. Il faut éviter à tout prix la sur-stimulation et la dette de sommeil, et profiter de ces deux premiers mois pour devenir une famille (ou une famille plus grande si ce n’est pas le premier enfant), sans s’inquiéter de la suite. Plus vous sécuriserez votre enfant, mieux il vous le rendra plus tard !

No Comments